RAPT DANS LA MALEPERE

2,9919,00

« Moi, j’aime pas l’été. À partir de trente-deux degrés, je suffoque, je bous, je ramollis. Bref, je suis en apnée. Et trente-deux degrés, l’été, dans mon Languedoc natal, c’est du courant, du normal, de la petite bière. Imaginez le tableau : vous sortez de chez vous, habillé le plus légèrement possible, faut ce qu’il faut pour rester décent ; la chape de chaleur s’abat sur vous, vous êtes asphyxié. Pas un nuage à l’horizon, pas un souffle d’air… À perte de vue la campagne immobile, comme si elle retenait son souffle en attendant des jours meilleurs, elle aussi !… Moi dans ces cas-là, j’hiberne. Blottie au fond de ma maison bien fraîche, je démultiplie mon rythme, je procrastine allègrement et sans scrupules, demain il fera jour, comme disent les vieux sages…et peut-être un peu moins chaud, qui sait ? Et je mets le nez dehors le matin, de très bonne heure. À la fraîche. Juste après le réveil des oiseaux, vers six heures. Tout est calme, une rosée diaphane mouille l’herbe du jardin. Quelques brumes s’accrochent aux cheminées, le soleil se lève déjà, le perfide. Je prends mon petit déjeuner face aux montagnes, et hop, c’est l’heure de la balade, à pied ou en vélo. Ce matin-là, c’était en vélo. » Sauf que ce matin-là, la balade d’Elsa Dekerrmarech, artiste peintre installée à Montréal, village bordé par le joli massif de la Malepère dans l’Aude, va plonger dans un inconnu inquiétant. Heureusement le commissaire Zorro n’est pas loin !

Effacer
UGS : ND Catégories : ,

Description

Livre disponible aux formats papier et numérique.

Catégorie : Roman

Nb pages : 338

Format : 15,6 cm x 23,4 cm

Isbn : 978-2380090093

Dépôt légal : novembre 2019

Synopsis :

« Moi, j’aime pas l’été. À partir de trente-deux degrés, je suffoque, je bous, je ramollis. Bref, je suis en apnée. Et trente-deux degrés, l’été, dans mon Languedoc natal, c’est du courant, du normal, de la petite bière. Imaginez le tableau : vous sortez de chez vous, habillé le plus légèrement possible, faut ce qu’il faut pour rester décent ; la chape de chaleur s’abat sur vous, vous êtes asphyxié. Pas un nuage à l’horizon, pas un souffle d’air… À perte de vue la campagne immobile, comme si elle retenait son souffle en attendant des jours meilleurs, elle aussi !… Moi dans ces cas-là, j’hiberne. Blottie au fond de ma maison bien fraîche, je démultiplie mon rythme, je procrastine allègrement et sans scrupules, demain il fera jour, comme disent les vieux sages…et peut-être un peu moins chaud, qui sait ? Et je mets le nez dehors le matin, de très bonne heure. À la fraîche. Juste après le réveil des oiseaux, vers six heures. Tout est calme, une rosée diaphane mouille l’herbe du jardin. Quelques brumes s’accrochent aux cheminées, le soleil se lève déjà, le perfide. Je prends mon petit déjeuner face aux montagnes, et hop, c’est l’heure de la balade, à pied ou en vélo. Ce matin-là, c’était en vélo. » Sauf que ce matin-là, la balade d’Elsa Dekerrmarech, artiste peintre installée à Montréal, village bordé par le joli massif de la Malepère dans l’Aude, va plonger dans un inconnu inquiétant. Heureusement le commissaire Zorro n’est pas loin !

Informations complémentaires

Choisir le format

Livre numérique, Livre papier

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “RAPT DANS LA MALEPERE”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

anti robot *